Le blog du Colibri

Le blog du Colibri

Ce soir combat mi lourd Flamby vs Le nain sur TF1 a 21h00

Un décor sur fond noir, les murs d'ambiance bleutés sont parsemés de multiples fenêtres lumineuses en dégradé. Une immense table au design futuriste et aux reflets bleutés est dressée sur une estrade au centre, trois grandes images lumineuses du Palais de l'Élysée constitueront les fonds d'images des candidats, comme des journalistes.

 « Les préparatifs, c'est comme pour le match Ali - Foreman », souriait Manuel Valls en sortant du studio, référence au duel historique des deux boxeurs poids lourds de 1974.

Hier matin, il venait de signer au nom de François Hollande avec Frank Louvrier pour Sarkozy et le réalisateur Jérôme Revon la charte définissant tous les aspects du débat télévisé, y compris les exigences, petites et grandes, des deux prétendants à la fonction suprême.


« Les deux candidats ne voulaient pas des fauteuils qu'on avait choisis. Ils préféraient des chaises, donc sans accoudoir, réglables en hauteur, sans roulette et ne pivotant pas »


,a expliqué Thierry Thuillier directeur de l'information de France Télévisions.


Côté image, pas de plan de profil pour Nicolas Sarkozy, a demandé son équipe et François Hollande ne souhaite pas de plans du haut de ses cheveux.


À l'instar des grandes cérémonies télévisées comme les césars, « seul celui qui parle sera à l'image, le candidat qui écoute ne sera jamais filmé », a précisé Catherine Nayl, directrice de l'information de TF1.

Pour finaliser la charte, « il y a eu discussion, au bon sens du terme, mais sur des questions minimes », a résumé Michel Boyon, président du CSA, présent en observateur sur les lieux.

Les candidats fouleront un tapis rouge et leur entrée au studio sera retransmise en direct.

En revanche, on ne les verra pas s'installer: le premier plan du débat les montrera assis face à face à 2,50 m l'un de l'autre, quatre micros chacun, deux sur la table et deux micros-cravates.

Assis à la place d'un des candidats, l'adversaire semble un peu loin.

Un petit écran permet à chacun de contrôler les temps de paroles.

Parmi les nouveautés, un bandeau permanent avec le décompte du temps pendant toute l'émission et un écran parfois divisé en deux images, le candidat qui s'exprime et deux journalistes qui animeront le débat, Laurence Ferrari et David Pujadas.

La présentatrice du journal de TF1 découvrait le studio hier matin: « On s'y sent bien », confie-t-elle. « On est préparés sur le fond depuis le début de la campagne, avec David on travaille encore les "charnières" (transitions) entre les différents chapitres qui seront abordés », souligne Laurence Ferrari.

Absent hier matin, David Pujadas « est plutôt du genre à préférer découvrir les lieux au dernier moment », glissait Thierry Thuillier.

Dans le car régie, Jérôme Revon supervise les essais.

Pas moins de 20 caméras sont en place dont une « zénithale » filmant les protagonistes comme vus du ciel.

En régie finale, le réalisateur est face à 96 écrans.

Derrière lui, les deux réalisateurs choisis par chacun des candidats pourront demander qu'on « zoome ou qu'on élargisse » sur chacun d'eux.

À côté, les directeurs de l'information de France 2 et TF1 sont reliés aux oreillettes des deux journalistes en plateau.



02/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour